7 rue Kléber - 10000 TROYES
+33 6 07 59 34 80

Réalisations

Voici quelques-unes de mes réalisations

Octobre 2017Transmission aujourd'hui et demain

Grâce à l’écoute d’une sœur, à la générosité d’une famille, cette dame de 80 ans a eu « l’immense bonheur », comme elle me l’écrit, de relater et mettre en forme son récit de vie. Par ce livre, elle portera à leur connaissance et à celle des petits-enfants, non seulement les anecdotes de la « petite histoire rencontrant la grande Histoire », mais aussi leur délivrera par sa réflexion, ce qui a constitué pour elle et son époux, le trésor d’une vie. Loin d’être un récit sur le passé, il ouvre des perspectives sur le bonheur et les bienfaits d’essayer de vivre l’instant présent et, sur ce qu’un sage d’aujourd’hui, Pierre Rabhi, nomme La sobriété heureuse.

Ce travail de collecte d’informations, puis de rédaction et non de transcription, a été l’occasion de mettre l’accent sur un enjeu récurrent, mais plus prégnant cette fois-ci, celui du choix des titres de chapitres et du récit. À richesse de contenu, et en fonction des futurs lecteurs, j’ai placé en miroir la densité de courtes citations littéraires ouvrant sur l’épaisseur des futurs propos. Quant au titre, l’intégralité du livre a été relue, posément, laissant affleurer quelques mots, une image, une notion. Je les ai notés, en ai supprimé, et ai soumis la liste à ma cliente. Et celui pour lequel on se dit : « C’est celui-là » est choisi. Bien plus qu’une satisfaction, ce qui émeut, c’est cet accord.

Sophie Gava, rédacteur-conseil

Décembre 2016

Ferlet - Pédiatrie et poésie

Même dans la mise en page, avec pourtant ses règles strictes et les consignes des éditions L’Harmattan, l’écrivain public, rédacteur-conseil peut faire preuve de créativité pour servir un texte et… son client. Ce fut le cas pour ce merveilleux recueil de poèmes Pédiatrie et poésie du docteur Michel Ferlet. Ils vous saisissent ces regards sur chaque étape de la vie de l’enfant, de la mère, du père. Michel Ferlet n’esquive rien : ni l’enfant malade, ni son handicap, ni sa mort. Ce recueil est aussi une ode à la vocation de pédiatre. Livre à offrir et à s’offrir (12,50 €).

Sophie Thibord-Gava

Juin 2016

automne

Temps des moissons, de quelques cueillettes sous forme de deux récits de vie, très différents. Oh ! pas seulement en raison de leur contenu, toujours unique, mais des méthodes utilisées.

Pour le premier, il s’est agi de saisir avec le traitement de texte l’intégralité de deux épais dossiers format A4 contenant informations et souvenirs entre 1892 – 1992. La commande consistait à les restituer sous la forme d’un dialogue, puis d’y insérer, ou plus exactement d’y incruster d’autres voix, celles de quelques enfants désireux de les mêler à celles de leur père. L’ancienneté des données historiques, l’amplitude du parcours géographique, ont nécessité des recherches pour orthographier les noms, resituer les évènements, avec toujours comme seul objectif, je dirais « obsession », de rendre intelligible un héritage mémoriel à de jeunes générations. Il a fallu parfois contextualiser certains évènements. Nous avons donné corps à ces mémoires dans un livre, y avons ajouté un CD avec la voix de l’aïeul et ma cliente a écrit : « Je remercie Sophie Thibord-Gava de m’avoir soutenue et d’avoir mis sa compétence au service de ce projet assoupi. Elle a elle-même, avec passion, cherché et retrouvé certains noms inconnus et fait des propositions pertinentes. »

Réalisation Sophie Gava

Pour le second, il s’agissait de recueillir avec régularité les souvenirs épars, issus d’une vie chaotique à la mémoire troublée. Transmettre un récit à un fils, à des petits-enfants afin qu’eux aussi soient arrimés à une généalogie. Là, le rédacteur-conseil® saisit, comme pour toute vie, la construction qui fait sens : pas de racines à mettre à nue, mais des empreintes à découvrir, des connexions à établir, au risque d’illustrer cette réflexion de Daniel Pennac : « Les souvenirs sont les enfants du hasard, seuls les truqueurs ont leur mémoire en ordre. »

Sophie Thibord-Gava

Décembre 2015

Le trésor de Lavau

Seulement trois volumes, et déjà, Émeline et Inox sont inscrits dans le paysage aubois et l’univers des enfants. Curieuse et un brin téméraire, courageuse mais sachant demander l’aide de son fidèle Inox, elle est un personnage de caractère auquel les enfants s’identifient. Gageons que ces jeunes lecteurs endossent aussi sa faculté à se laisser questionner sur ce qu’ils voient, entendent, observent des trésors de Troyes et de l’Aube.

Pour rendre ce texte accessible dans de bonnes conditions de lecture et de compréhension, il existe un code, celui des règles typographiques. Capitale ou bas de casse à Madame, monsieur, Ville ou ville, saint ou Saint ; caractère romain ou italique et la ponctuation dont la place de la virgule peut modifier le sens d’une phrase, et l’utilisation de l’espace qui apporte la respiration… Il en est des règles orthotypographiques comme des règles de conduite : si ces dernières permettent un savoir-vivre, les premières favorisent un savoir-lire.

Sophie Thibord-Gava

Septembre 2015

Le handicap dans notre imaginaire culturel

De Charles Gardou http://www.editions-eres.com et des chercheurs de diverses régions françaises, de manière totalement inédite, un périple anthropologique à l’intérieur même de nos frontières est proposé, pour offrir, du sud au nord de l’Hexagone, un florilège d’expressions culturelles autour du handicap.

En Quercy, Forez, Gascogne, Aveyron, Poitou, Corse et dans les Alpes, en Bretagne, Beauce, pays d’Othe ou Alsace, quelles significations les communautés humaines lui attribuaient-elles ? Quelles illusions collectives partageaient-elles face à la blessure, aux « irrégularités » du corps ou de l’esprit ?

La plongée au cœur de ces « échantillons de civilisations » découvre les profondes racines de notre patrimoine imaginaire, avec son cortège de représentations immémoriales, dont nous discernons, aujourd’hui encore, les empreintes multiples. De tout temps, les représentations du handicap agissent comme un tourbillon qui emporte la raison : c’est ce que montrent ces trésors anthropologiques, dénichés dans les cultures populaires d’antan.

Pour cet ouvrage, Marie-Françoise Bonicel m’a permis, en assurant sa relecture et sa mise en page selon les normes voulues par l’éditeur, une escapade nocturne en forêt d’Othe pour débusquer le voirloup, hou ! hou ! et de m’immerger dans le mystère de l’identité bretonne et de ses fractures.

Sophie Thibord-Gava

Septembre 2015

Simone VIGO Architecte d'Intérieur

Avec la très aimable autorisation de l’auteur, parce qu’il s’agit de mémoires destinées à sa famille et à ses amis(es), je peux redire la joie du métier d’écrivain conseil® qui favorise des rencontres. Il permet aussi de conseiller, voire de professionnaliser une présentation d’ouvrage, car la mise en page doit être adaptée aux contraintes de l’imprimerie, et sert donc le projet de personnes qui lèguent un témoignage hors du commun comme l’est chaque vie. Madame Vigo rappelle : « Le devoir de transmission des parents aux enfants est important ; si les grands-parents n’ont rien écrit, tout est perdu. » Mais là, avec Simone Vigo, première femme à entrer à l’IDHEC (Institut Des Hautes Études Cinématographiques) pour devenir « décorateur de film », cette vie professionnelle était novatrice et audacieuse pour l’époque, car ce métier était strictement exercé par des hommes. Alors, avec elle, ce fut une immersion dans l’univers insoupçonné et complexe des architectes décorateurs de films.

Je voudrais tant que des jeunes, en recherche de vocations, puissent avoir accès un jour au témoignage de cette artiste. Ils pourront au moins l’écouter lors de la projection du film Notre-Dame de Paris, dans le cadre du Ciné-club à Saint-Julien-les-Villas ( www.cine3@ube.com ) au cours du premier semestre 2016. Ce film tourné en 1956 par Jean Delannoy, avec Gina Lollobrigida et Anthony Quinn est sorti en 1957. C’est une adaptation par Jacques Prévert du roman de Victor Hugo. Il a été le premier film français tourné en Technicolor. Le créateur des décors était René Renoux. Ses assistants étaient au nombre de cinq dont Simone Vigo.

Sophie Thibord-Gava

Juin 2015

Audacieux au Bois

La voilà de nouveau parmi nous Émeline avec son bonnet rouge, ses amis et ses nouvelles fréquentations, parfois un peu louches. Encore une fois, j’ai beaucoup appris sur la Ville, son histoire et ses personnages. À vous dire la vérité, j’ai tellement lu et relu ce conte, qu’en sillonnant la Cité sur mon vélo ou à pied, au détour d’une ruelle, je m’attends à voir surgir cette coquine d’Émeline avec son fidèle Inox. Est-il toujours d’actualité de parler du plaisir de tenir en main un beau livre, de l’offrir, avec ses superbes dessins invitant au mystère, aux belles feuilles agréables à tourner, à la qualité de la reliure ? Une judicieuse façon en tout cas d’initier des jeunes à la beauté de l’objet-livre et à l’observation de leurs lieux de vie. Un bel exemple de travail en équipe pour cette jeune Maison d’édition Actual Kids !

Sophie Thibord-Gava

Juin 2015

L'esprit de l'Escalier - Entretiens radiophoniques

Temps de réflexion sur le sens du métier de rédacteur pour autrui et sur commande. Conversation entre Laurent Bauland de Radio Campus 3 et Sophie Thibord-Gava, le 11 juin 2015

L’esprit de l’Escalier – Entretiens radiophoniques

Sophie Thibord-Gava

Novembre 2014

Centre Troyes Monde

Ce livre, en premier lieu pour les enfants, recèle bien des aventures, beaucoup de découvertes et, de mon point de vue, un trésor qui, comme tel, peut passer inaperçu. Ainsi, en page 10, avec des mots simples, cette phrase : « Ce n’est pas seulement un bonnet. » Ces mots-là ouvrent vers un autre monde, encore un, celui de la transmission des biens immatériels tels un souvenir, une affection, un témoignage de vie, une pensée, une présence, un savoir-faire… Raison pour laquelle, nous aussi adultes aurions grand profit à suivre les pas d’Émeline et de ses amis pour découvrir la face cachée des choses. Quel merveilleux métier que celui d’écrivain conseil® qui permet de si diverses lectures et… en avant-première !

Sophie Thibord-Gava

Juin 2014

Ecailles de feu

Comment écrire l’intime, sans exposer l’intimité ? Tel pourrait être l’enjeu de cette écriture où, en dévoilant la vie de l’enfant, l’auteur permet à toute enfance de se dire. Inévitablement, les mots font échos à l’émotion du lecteur et un dialogue se crée. Christine m’a confié la relecture de ce superbe texte qui donnera l’occasion, dans des rencontres de lecture à voix haute, à d’intenses échanges. Je souligne en outre la qualité de l’impression, la beauté de la mise en page : un écrin. Pour elle, j’attends avec impatience, la publication d’un prochain livre qu’un éditeur ne saura lui refuser. Un peu de patience…

Sophie Thibord-Gava

Mars 2014

Courtes éternités

Recevoir le manuscrit d’un auteur est très intimidant. L’auteur vous témoigne sa confiance, guette vos réactions de lecteur avisé, sollicite vos compétences comme la relecture distanciée et la mise en page et, parfois, souhaite que ce roman-là soit publié chez un éditeur et pas à compte d’auteur. Aussitôt commencé, je n’ai plus lâché les personnages du roman de Madame Couture. Même refermé, le livre m’avait laissé une telle empreinte que j’ai dû solliciter l’avis d’un grand lecteur et commercial d’un important diffuseur en librairie pour peut-être, corriger mon enthousiasme. Son avis « très favorable, très bonne impression », puis les commentaires d’une directrice de collection ont donné l’impulsion nécessaire pour, avec ma cliente, proposer son manuscrit à des maisons d’édition correspondant à la ligne éditoriale. Courtes éternités est là et nous invite à ne rien laisser échapper du temps qui passe.

Sophie Thibord-Gava

Mars 2014

Dépendance quand tu nous tiens

Marie-Françoise Bonicel nous informe : « Notre livre à trois voix vise un public de soignants, d’accompagnants professionnels et de bénévoles, d’aidants familiaux et toute personne attentive aux fragilités, les siennes et celles de son entourage. Il est aussi un outil de réflexion pour les politiques et tous les responsables chargés de mettre en œuvre des mesures pour permettre de vivre mieux ces étapes de la vie. Dans ce petit ouvrage, l’art et la poésie accompagnent la réflexion et le voyage dans les innovations existantes ou à mettre en place, et contribuent à revivifier les exigences de solidarité et de fraternité. Un livre d’optimisme lucide à resituer dans le parcours d’une vie. » Il m’a été donné de lire en avant-première par une relecture distanciée et pour une mise en page, la contribution de Madame Bonicel : « Panser la dépendance ou penser la dépendance ». Travaux de trois auteurs à considérer urgemment pour rester en vie jusqu’au bout.

Sophie Thibord-Gava

Octobre 2013

Les testaments des bois Français

Grâce à la lecture de ce livre novateur, dont j’ai assuré la mise en page, je pose désormais un regard nouveau sur les dynasties royales. Jamais au cours de mes études, je n’ai appris à considérer la royauté sous l’angle développé par Michel Ferlet – pour la première fois semble-t-il avec cette amplitude – c’est-à-dire en considérant bon nombre des derniers écrits laissés par les rois français. Sans doute parce que l’enseignement a préféré appréhender la royauté par le seul prisme de la Révolution française. Quelle perte, quel dommage, tant il y a à découvrir d’humanité dans tous ces testaments ! Un hommage aussi à la langue française. Je vous invite à ce plaisir de lecture garanti.

Les testaments des rois français ou l’art de transmettre le pouvoir de Michel FERLET, aux éditions L’Harmattan est disponible dans plusieurs librairies troyennes et de la région champardennaise.

Sophie Thibord-Gava

Juin 2013

Forcadel Cet amour providentiel

Avec Claude FORCADEL, ça brasse, ça Brel, on swingue, nous « bluesons » et au détour, PÉGUY est là, Charles bien sûr, et Paul CLAUDEL ; mais là, tout est de la veine de Claude… enfin, aussi de quelqu’un qui est en lui depuis le jour où… Et, en relisant ses poèmes afin aussi d’assurer leurs mises en pages pour son imprimeur, je me suis demandé à plusieurs reprises d’où pouvait venir cette compréhension intérieure de la vie. Sans doute est-ce là la vocation des artistes, de montrer, de créer… pas de fabriquer. Si un jour, dans votre ville, votre village, l’on vous annonce la venue de Claude FORCADEL (il est sollicité dans les médias nationaux), n’hésitez pas, allez à la rencontre d’un homme en vérité, en transparence vraie, celle-là. 

Son livre : Cet amour providenciel de la mort vainqueur est disponible au prix de 13 € port compris, soit chez l’auteur 9, rue de la Mairie 10310 JUVANCOURT ; tél. : 03 25 27 84 47. Soit à la Fraternité des prisons Le Bon Larron 4, rue du Pont des Murgers 78610 AUFFARGIS.

Sophie Thibord-Gava

Novembre 2012

Adopté puis adoptant - J Crouzet

En avril 2011, peu après un article sur le métier d’écrivain public, conseil ® paru dans l’Est-Eclair, j’ai reçu un appel téléphonique de Jacques CROUZET. Il m’informait de la rédaction en cours de son autobiographie et son souhait de me la présenter. En février 2012, c’est donc comme lectrice/correctrice que j’ai découvert l’itinéraire peu commun d’un homme en quête de ses racines. Et, comme l’agriculteur qu’il est, quand on parle de « racines », l’on en connaît la nécessité. C’est de l’intérieur que cet homme nous donne à vivre la recherche infatigable de ses origines et l’on se dit que le petit garçon a puisé dans cette souffrance d’enfant abandonné une belle énergie pour entreprendre, aller toujours de l’avant jusqu’à lui-même tenter l’aventure de l’adoption. Édifiant parcours d’une vie, de toute une famille, un magnifique hommage à ses parents adoptifs, aux personnes rencontrées, mais surtout à l’enfance. À lire pour communiquer.
Se le procurer à l’adresse suivante : j.crouzet@wanadoo.fr ou au 03 25 24 18 62.

Sophie Thibord-Gava

Mars 2012

Petites histoires du quartier

Dans ces Petites histoires… écrites par un collectif d’écrivains conseils dont je fais partie, vous trouverez des informations historiques certes, des anecdotes sûrement, mais bien davantage des textes qui témoignent de la vie quotidienne – souvent méconnue – des acteurs de ce quartier. Une façon de leur rendre hommage, de saluer toutes les initiatives, d’écrire le vivant… sans bouder le plaisir d’avoir rédigé à plusieurs mains. Une autre manière peut-être, d’appréhender la monographie historique et touristique. À bientôt pour de nouvelles aventures.

Sophie Thibord-Gava

23 octobre 2011

Roland Combes La Mèche

Ce conte philosophique à transmettre, tissant souvenirs de famille et évènements historiques, restait inachevé ; en errance serait le mot.
Son auteur, Monsieur Roland COMBES, enseignant spécialisé en français langue étrangère (FLE) et… écrivain public m’a proposé de conduire ce récit à son terme.
Je me glissai donc dans la pensée de son auteur, je vécus les aventures de ses héros, et m’exilai dans des contrées désertiques.

Ce livre est là, pour le plaisir de sa famille et de ses amis.

Un autre magnifique exemple de transmission de la mémoire.

Sophie Thibord-Gava

24 mars 2011

Un adolescent dans la tourmente - Couillard

“À madame Sophie Thibord-Gava écrivain public, conseil que je remercie au plus profond de moi-même.
Ses compétences, sa compréhension, son professionnalisme […] discret, son jugement modérateur et réfléchi ont permis l’impression de mon livre
Un adolescent dans la tourmente : De la Résistance en forêt d’Othe, 
en respectant mon franc-parler et mes critiques nécessaires à certaines affabulations tendancieuses qui salissent la Résistance en forêt d’Othe.
Madame, vous faites honneur à votre profession […].” Gilbert Couillard

D’octobre 2010 à janvier 2011, chaque semaine j’ai rencontré cet homme
qui a été un acteur presque malgré lui (il avait 19 ans à l’époque)
de cette période complexe mais salvatrice que l’on nomme “Résistance”.
Un livre est là, qui relate, rectifie, s’indigne ; mais surtout, rend hommage
à ses compagnons connus ou inconnus. C’est un écrit, mais curieusement,
j’entends la voix de l’auteur et elle me fait songer à celle de ces hommes
dont l’HISTOIRE se souvient.

Sophie Thibord-Gava

Marie-Françoise BONICEL – psychosociologue, Docteur en psychologie, Maître de conférences à l’IUT de Troyes – est spécialiste de la transmission pour des peuples qui ont connu une béance en raison d’un évènement historique. Elle s’emploie dans cet essai, non à démontrer, mais à montrer, en prenant appui sur de nombreux exemples concrets de notre quotidien, comment malgré tous les aléas, quelque chose de la vie, de ce que l’on croyait perdu, peut ressurgir, en prenant des chemins insoupçonnés. Son livre est fort argumenté et est un plaisir de lecture réel à la fois par son écriture et aussi parce qu’elle y a invité des artistes (poètes, écrivains, peintres et nous “gens de peu”).

Parution en librairie le 25 octobre 2010. Comment ai-je connaissance de cette avant-première ? Un appel téléphonique de sa part, il y a quelques mois, grâce à ma carte professionnelle d’écrivain public, écrivain conseil® trouvée dans… le tiroir de son bureau et l’extraordinaire confiance accordée pour deviser avec elle au long de ce superbe et nourrissant ouvrage. C’est un livre d’espérance, je vous en souhaite belle lecture.

Sophie Thibord-Gava